00:00
concerto en si bémol majeur op. 4 n°6
00:00 / --:--
Abonnement en ligne
À partir de 2 dates différentes dans la même série de concerts.
Ouverture de la vente en ligne le 08/06/19.
continuer
Places à l'unité
Vous pouvez bénéficier du tarif abonnement
à partir de 2 dates différentes dans la même série de concerts.
continuer

Stéphanie D'Oustrac

MEZZO-SOPRANO

La mezzo-soprano Stéphanie d’Oustrac nait à Rennes en 1974. Elle vient d’une famille mélomane (elle compte parmi ses arrières-grands-oncles Francis Poulenc ainsi que le compositeur Jacques de la Presle). Bien que d’abord intéressée par le théâtre, elle chante enfant dans la Maîtrise de Rennes. Après avoir assisté à un récital de la célèbre mezzo Teresa Berganza, elle se passionne pour l’art lyrique. Elle suit des cours de chant pendant sa dernière année de lycée, après quoi elle rentre au Conservatoire de Lyon. Elle en sort en 1998, avec le premier prix. Peu après, elle tient son premier rôle : celui de Médée, dans l’opéra éponyme de Marc-Antoine Charpentier à l’Académie d’Ambronay, le rôle lui est offert par William Christie.

L’année suivante, ce dernier lui propose le rôle-titre des Métamorphoses de Psyché de Lully, à l’Opéra Comique et à l’Opéra de Lyon. Il la suit pendant tout son début de carrière, à dominante baroque. Ainsi, elle fait ses débuts au Festival d’Aix-en-Provence dans Le Retour d’Ulysse dans sa patrie de Monteverdi (La Fortune, Melanto) avec les Arts Florissants en 2000. Sa carrière se développe, ainsi que l'importance de ses rôles : elle tient le rôle-titre dans Didon et Enée de Purcell avec les Arts Florissants au Théâtre des Champs-Élysées en 2001. D'autres incursions hors du baroque voient le jour avec Ascagne dans Les Troyens de Berlioz au Théâtre du Châtelet sous la direction de John Eliot Gardiner en 2003, puis le rôle-titre de Phaedra de Britten à l’Opéra de Nancy en 2005. Elle chante Ruggiero dans Alcina de Haendel à l’Opéra de Lyon en 2006, puis Lazuli dans L’Étoile de Chabrier à la Salle Favart en 2007 : elle prend l’habitude d’alterner les héroïnes baroques tragiques avec des partitions plus enjouées. Ainsi, elle incarne aussi bien Armide de Lully dans une mise en scène de Robert Carsen au Théâtre des Champs-Élysées en 2008 que La Périchole d’Offenbach à l’Opéra de Lille en 2009.

Elle campe une première Carmen de Bizet très remarquée à l’Opéra de Lille en 2010, acclamée non seulement pour sa performance vocale mais aussi pour son interprétation et sa diction. Dès lors, son répertoire inclut de plus en plus d'opéras français du XIXe et XXe siècles. Elle continue néanmoins de chanter des œuvres baroques, notamment Atys de Lully (Cybèle) à l’Opéra Comique en 2011. Son ancêtre Poulenc occupe d’ailleurs une place de choix dans son répertoire puisqu’elle chante cette année-là La Voix humaine à l’Athénée ainsi que les Dialogues des Carmélites (Mère Marie de l’Incarnation) à Avignon. Elle se montre également à l’aise dans Mozart, chantant Sesto dans La Clémence de Titus à l’Opéra de Paris en 2011 ou Idamante dans Idoménée à Amsterdam la même année.


Madame

Elle fait ses débuts au Festival de Glyndebourne en 2012, dans un double programme Ravel mis en scène par Laurent Pelly, comprenant L'Enfant et les sortilèges (Chat/Ecureuil) et L’Heure espagnole (Concepcion). Elle y retourne l’année suivante dans Hippolyte et Aricie de Rameau (Diane). La même année, elle incarne Dorabella dans Cosi fan Tutte de Mozart à l'Opéra de Paris. Elle continue de travailler l'œuvre de Poulenc avec La Dame de Monte-Carlo à Caen en 2013. En 2014, elle fait ses débuts à l’Opéra de Rome dans une reprise de la production Ravel de Glyndebourne. Elle chante Irène dans Theodora de Haendel au Théâtre des Champs-Élysées en 2015. Un an plus tard, elle chante le rôle-titre de l’opérette d’Honegger L’Aiglon à l’Opéra de Marseille puis celui de Béatrice et Bénédict de Berlioz à La Monnaie. Elle retrouve par la suite Concepcion dans L'Heure Espagnole à la Scala. L'Opéra national de Paris la reçoit ensuite en Nicklausse dans Les Contes d'Hoffmann d'Offenbach fin 2016. L’année suivante, elle incarne Rosine dans Le Barbier de Séville de Rossini à Marseille puis Charlotte dans Werther de Massenet à Nancy avant d’apparaître en Ottavie dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi au Festival de Zurich puis à Salzbourg.

Carmen à Dallas au mois d’octobre, Stéphanie d’Oustrac sera ensuite la Vierge Marie dans une version concert de L’Enfance du Christ de Berlioz au TCE en décembre. Elle reviendra à l’Opéra de Paris pour y porter le rôle de Cassandre dans Les Troyens de Berlioz. Elle chantera Phèdre dans Hippolyte et Aricie de Rameau d’abord à Zurich puis au TCE au mois de mai, puis débutera à l’Opéra allemand de Berlin au mois de juin 2019 en Carmen.

Ce site utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience.
En continuant à l'utiliser, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.